Se faire remplacer sur son exploitation ? Quels financements pour vos motifs imprévus ? Comment ça marche ?

Comment financer son remplacement

pour un arrêt de travail ou un arrêt maladie en 2021 ?

Un coup dur ? Un imprévu ? Avez-vous anticipé la prise en charge de votre absence en cas de besoin ? Lorsque vous êtes exploitant-e agricole et que vous vous retrouvez du jour au lendemain en arrêt de travail (accident ou maladie) vous n’avez pas le choix. Il vous faut impérativement une solution pour assurer la continuité de votre exploitation : de la main d’œuvre pour continuer à nourrir vos bêtes, réaliser la traite deux fois par jour ou encore s’assurer que tout fonctionne.

Adhérer à un service de remplacement est une première étape, ces services s’engagent à intervenir en cas d’arrêt de travail dans un délai maximum de 48 heures. En accident de travail ou en maladie, des solutions de financement existent et vous permettent d’être serein en cas de coup dur, cela se prévoit et cela demande un peu d’anticipation.

Êtes-vous au clair sur les différentes possibilités de prises en charge ?

1- La prise en charge de la MSA

Depuis le 1er février de cette année, la MSA verse à partir du 4e jour d’arrêt de travail, en cas de maladie ou d’accident avec ou sans hospitalisation, une indemnisation journalière.

Notez que pour les arrêts de travail prescrits avant le 1er février de cette année, le délai de carence est de 7 jours en cas de maladie ou d’accident et de 3 jours en cas d’hospitalisation pour maladie. *source MSA cliquez ici

La prise en charge de la MSA est de 21 €/jour jusqu’au 28e jour puis 28 € /jour jusqu’au 3 ans de l’arrêt de travail ou la reconnaissance de l’invalidité.

2- Avez-vous une prévoyance individuelle ?

Votre assureur peut vous proposer des prévoyances individuelles. Vous les souscrivez avec un coût annuel, il est variable en fonction du niveau d’assurance et montants des indemnités journalières que vous souhaitez. En cas de pépin, elles vous dédommageront sous forme d’indemnités journalières.

Attention tout de même car les jours de carences ou les modalités diffèrent en fonction de chaque contrat.

3 - Souscrivez-vous à une prévoyance collective ?

Les services de remplacement peuvent vous proposer des assurances dédiées. Elles ont été créées pour cette fonction, c’est pour cette raison qu’elles offrent souvent les conditions les plus adaptées aux coups durs des exploitant-e-s agricoles. Il en existe plusieurs sur le marché et toutes ont leurs avantages, leurs particularités,. Il est important de bien étudier cette question à l’installation.

Ces assurances de remplacement permettent de préserver le capital de votre exploitation en cas de besoin de remplacements imprévus.

Par exemple : l’assurance de remplacement Alterre-Ego, proposée par le SDAEC, en partenariat avec GROUPAMA, vous permet une prise en charge journalière du coût de votre arrêt de travail et vous garantit :

  • Une prise en charge en accident et maladie sur une durée de 365 jours.
  • Pas de franchise en cas d’accident.
  • 5 jours de franchise en cas de maladie (sauf en cas d’hospitalisation > à 2 nuits ou ambulatoire avec arrêt de travail de minimum 6 jours).
  • 110 € d’indemnité journalière les 28 premiers jours, puis 88 euros par jour jusqu’au 365e.

Connaissez-vous le dispositif : aide au répit ?

Depuis quelques années, avec le dispositif aide au répit, la MSA vient aussi en aide aux agriculteur-trice-s en détresse ou en situation d'isolement. Il est financé durant sept jours, parfois dix pour certains projets, avec un renouvellement possible selon les situations.

Le ministère de l'Agriculture, avec la MSA a mis en service Agri'écoute qui permet à tout moment, 24H/24 et 7J/7, de dialoguer avec un psychologue - 09 69 39 29 19. Si vous êtes en situation de fatigue professionnelle, pensez à vous rapprocher du travailleur social MSA de votre secteur il aura des solutions pour vous.

4 - Posez aussi la question à votre banque.

Certaines banques, comme le Crédit Agricole, sous certaines conditions, proposent aux exploitant-e-s agricoles, une assurance supplémentaire pour l’aide au remplacement. Les modalités dépendent des offres mais peuvent permettre aux victimes d’un accident de travail de bénéficier d'une indemnité journalière allant parfois jusqu’à 35 € les 30 premiers jours.

5 - Pensez à demander à votre groupement de producteurs si vous avez le droit à une prise en charge partielle.

Saviez-vous que certains groupements agricoles comme EUREDEN, le GOUESSANT ou LNA indemnisent leurs éleveur-euse-s adhérent-e-s pour les aider à assurer leur remplacement plus facilement ?

Certains groupements offrent jusqu’à 17 €/ jour pendant 40 jours et ce, dès le premier jour de votre remplacement. Ces financements sont possibles grâce à des conventions de partenariat entre les services de remplacement et les coopératives.

Pensez à bien préciser le nom de votre groupement sur votre demande de remplacement. C’est le service de remplacement qui effectue directement la demande de prise en charge aux groupements et coopératives concernés.

À venir sur le blog...

Quels financements pour se faire remplacer pour des motifs prévus ?

Qui sont-ils ? Comment fonctionnent-ils ?

Maternité, paternité, adoption, vacances, week-end...
Tout ce qu'il faut savoir pour financer votre absence de votre exploitation...